Une nouvelle note d'orientation constate que 29 États lient actuellement une partie du financement public des collèges publics aux résultats des étudiants, tels que les taux de diplomation. Bon nombre de ces formules de financement public récompensent également les collèges pour les étudiants à faible revenu et les étudiants issus de groupes minoritaires sous-représentés.

Le mémoire a été publié par InformEdStates, un centre d'échange à but non lucratif pour l'analyse des politiques et la recherche. Ses auteurs incluent Robert Kelchen, professeur agrégé d'enseignement supérieur à Seton Hall University; Kelly Rosinger, professeur adjoint d'éducation à la Pennsylvania State University; et Justin Ortagus, professeur adjoint d'administration et de politique de l'enseignement supérieur à l'Université de Floride.

Le projet, qui est en cours depuis deux ans, est une tentative de développer le premier ensemble de données complet sur l'évolution du financement de la performance. Plusieurs notes d'orientation suivront cette première version, qui met en évidence l'évolution des formules au Missouri, à New York et au Tennessee.

"En fournissant des détails sur l'histoire et les mécanismes des systèmes PBF de trois États, nous espérons susciter des conversations entre les décideurs et les chercheurs sur l'importance d'identifier et de comprendre les nuances des politiques de financement dans les États", indique le mémoire.

Les prochains articles tenteront de suivre l'impact de ces politiques sur l'accès des étudiants, la réussite, la dette de prêt et les résultats sur le marché du travail.