Les assistants étudiants diplômés de l'Université Harvard ont mis fin à une grève de 29 jours la semaine dernière, sans avoir conclu une première convention collective avec leur administration. Les étudiants travailleurs, qui sont affiliés aux Travailleurs unis de l'automobile, ont déclenché une grève début décembre après avoir passé plus d'un an à tenter de négocier leur premier accord. Ils cherchaient ce qu'ils décrivaient comme un salaire équitable, des soins de santé complets et une protection contre le harcèlement et la discrimination. Harvard a déclaré à l'époque qu'il avait proposé des conditions généreuses dans chacun de ces domaines, mais qu'il ne pouvait pas répondre aux demandes précises du syndicat. États-Unis aujourd'hui a indiqué que le syndicat et Harvard ont convenu de laisser les médiateurs fédéraux participer aux négociations.