Je veux prendre un cours.

Je pense à une classe spécifique, Theatre 288: Reading Hamilton – Représentation & History in the American Musical. C'est un cours sur des sujets spéciaux enseigné par le professeur Susan Kattwinkel au College of Charleston, et je veux le suivre.

Je veux le prendre, mais bien sûr je ne peux pas le prendre. J'ai un travail ou trois, dont l'un exige que je sois disponible pour les autres pendant la journée et qui nécessite également des déplacements, ce qui rend l'assiduité aux cours problématique.

De plus, je ne suis plus étudiant. Cela dit, cela ne m'a pas empêché de consulter le jour et l'heure du cours pour voir si peut-être, juste peut-être, si je pouvais demander la permission au professeur Kattwinkel et aussi le clarifier avec mon patron, que je pouvais suivre le cours.

Je ne peux pas. Je ne peux vraiment pas. (1)

Mais mon garçon, je veux.

Je suis intéressé par le cours pour plusieurs raisons. J'avais une obsession de plusieurs mois avec Hamiltonla comédie musicale, en la voyant à New York et à Chicago (2), en écoutant la trame sonore environ trente mille fois, et en savourant chaque morceau de Hamilton: le livre, les coulisses assument la genèse et la production de la comédie musicale.

La classe telle que décrite promet de compliquer à la fois la comédie musicale et la personne sur laquelle elle est basée ainsi que la façon dont ces choses sont positionnées dans l'histoire et la culture plus larges, auxquelles je dis… oui, s'il vous plaît.

Je m'intéresse aussi à la classe parce que je me trouve fasciné par le travail qui va dans la création et la mise en scène d'une production aussi tentaculaire. Au plus profond de mes ambitions cachées, j'ai l'idée d'écrire une comédie musicale (le livret, pas la musique ou les paroles) et de faire partie d'une entreprise collaborative comme celle-ci. (3)

Les deux fois j'ai vu Hamilton, et parfois même en écoutant la bande originale, des larmes d'émotion jailliraient spontanément dans mes yeux, et je ne sais pas ce qui la déclenche, mais du mieux que je puisse dire, c'est une sorte d'appréciation profonde d'un travail collaboratif de art.

«One Last Time», une chanson mettant en scène George Washington expliquant à Hamilton qu'il quitte ses fonctions de président et espérant un avenir de paix pour lui et son pays est un déclencheur assez fiable de ces émotions. Il y a quelque chose à propos des voix à la fin qui montent en chœur et en crescendo qui submerge mon sens et mes sens. Il y a de la joie à faire et à écouter et je ne sais pas quoi dire à part qu'il y a quelque chose de génial à ce sujet.

Je ne suis pas sûr d'avoir déjà ressenti un désir affirmatif de suivre un cours auparavant. (4) À l'université, j'étais beaucoup trop inquiet de mon développement et de mon destin pour embrasser l'esprit de prendre un cours par pur intérêt et la joie même si j'étais très attachée à la plupart de ces choses. (5) Au collège, j'étais comme, peu importe… à propos de l'école.

Quel est le cliché? L'éducation est gaspillée sur les jeunes?

Il est vrai dans une certaine mesure, je suppose qu'avec l'âge je suis plus à l'écoute de mes intérêts spécifiques, plus capable d'apprécier ce que signifie plonger profondément dans une passion.

Mais que se passe-t-il si l'inverse est vrai, et si nous gaspillons les jeunes avec «l'éducation»? Et par «éducation», j'entends un système qui privilégie la scolarité par rapport à l'apprentissage.

Je ne dis pas que chaque instant de la formation d'un élève doit susciter ce genre d'intérêt. Attendre des étudiants qu'ils soient impatients et enthousiastes chaquela classe serait une barre difficile à impossible à franchir, mais est-ce trop demander de le faire avec au moins une classe par semestre ou même une fois au cours de son diplôme?

Peut-être que cela se produit plus souvent que je ne le pense.

Dis-moi où. Dis moi pourquoi. Dis-moi comment.

(1) Je manquerais au moins cinq semaines en raison d'obligations de voyage déjà prévues.

(3) Ai-je honnêtement juste admis cela?

(4) J'ai souvent hâte d'enseigner un cours, surtout maintenant que je n'enseigne qu'occasionnellement. Cela vaut la peine d'être réfléchi pour un futur article de blog.

(5) À l'exception du cours de bibliographie. Aussi, peut-être de la poésie du 17ème siècle. Pas ça dans ceux-là.